Comprendre et appliquer le SQL en ABAP

Comprendre et appliquer le SQL en ABAP

Written by: Yann SZWEC

FREE
  • Publisher: TYALGR
  • Publish Date: 2013-12-18
  • ISBN-10: 9782953640823
  • ebook-comprendre-et-appliquer-le-sql-en-abap.pdf
DOWNLOAD NOW READ ONLINE

In order to read or download eBook, you need to create FREE account.
eBook available in PDF, ePub, MOBI and Kindle versions

Recent Activity

Book Summary

Livre pédagogique pour apprendre l'application du SQL dans le langage ABAP. Didactique, il convient parfaitement aux consultants techniques comme aux consultants fonctionnels. Plus de 400 pages, format A4, en couleur. Table des matières Objectifs de l’ouvrage 3 Remerciements 4 Table des matières 5 Introduction 18 1 CHAPITRE 01 – La théorie entourant le SQL 21 1.1 Le S.Q.L. 22 1.1.1 Définition 22 1.1.2 La syntaxe du S.Q.L. 23 1.1.3 Utilisation du S.Q.L. dans les bases de données relationnelles 27 1.2 MERISE 28 1.3 Application du SQL en ABAP 30 1.3.1 Les contraintes propres au monde SAP 30 1.3.2 Les contraintes apportées par les bases de données 30 1.4 La méthode de formation 32 1.4.1 Les parties du livre 32 1.4.2 La présentation des exemples S.Q.L. 32 1.4.3 Les choix d’application des exemples S.Q.L. 33 1.4.4 La gestion des exemples 33 2 CHAPITRE 02 - La présentation de l'environnement de travail 35 2.1 SE80 : l’atelier de développement 36 2.1.1 Présentation de la SE80 36 2.1.2 Description des principaux boutons de commande 39 2.2 Une conduite de projet technique SAP 40 2.2.1 Une norme de développement 40 2.2.2 Une méthodologie de travail 41 2.2.3 Un programme modèle 41 2.3 Le langage ABAP 44 2.3.1 Généralités 44 2.3.2 Les instructions 44 2.4 La gestion de la base de données : le DDIC, les transactions SE11 et SE16N 46 2.4.1 Le DDIC 46 2.4.2 La transaction SE11 47 2.4.3 La transaction SE16N 49 2.5 L’architecture technique SAP : WAS, 3 tiers, Le serveur d’application 51 2.5.1 Le W.A.S. 51 2.5.2 Les caractéristiques SAP au niveau technique 53 2.5.3 Le serveur d’application 54 2.5.4 Le paysage système SAP 55 2.5.5 La notion de mandant 56 2.6 Conclusion 57 3 CHAPITRE 03 – L’instruction SELECT SINGLE 59 3.1 La théorie 60 3.1.1 La syntaxe 60 3.1.2 L’impact sur la base de données 60 3.2 La démonstration 61 3.2.1 Le contexte 61 3.2.2 Les tables utilisées 61 3.2.3 La requête à exécuter 62 3.3 Présentation du résultat 64 3.3.1 Ecran de sélection 64 3.3.2 Ecran de résultat 64 3.4 Analyse du résultat 65 3.4.1 CODE INSPECTOR 65 3.4.2 Analyse de la durée d’exécution 66 3.4.3 Trace SQL 67 3.5 Conclusion 68 4 CHAPITRE 04 – L’instruction UP TO 1 ROWS 69 4.1 La théorie 70 4.1.1 La syntaxe 70 4.1.2 L’impact sur la base de données 70 4.2 La démonstration 71 4.2.1 Le contexte 71 4.2.2 Les tables utilisées 73 4.2.3 La requête à exécuter 74 4.3 Présentation du résultat 75 4.3.1 Ecran de sélection 75 4.3.2 Ecran de liste 75 4.4 Analyse du résultat 76 4.4.1 CODE INSPECTOR 76 4.4.2 Analyse de la durée d’exécution 76 4.4.3 Trace SQL 77 4.5 Conclusion 78 4.5.1 Une gestion de boucle 78 4.5.2 Autre méthode de travail 78 5 CHAPITRE 05 – L’instruction INNER JOIN 79 5.1 La théorie 80 5.1.1 La syntaxe 80 5.1.2 L’impact sur la base de données 80 5.2 La démonstration 81 5.2.1 Le contexte 81 5.2.2 Les tables utilisées 82 5.2.3 La requête à exécuter 84 5.3 Présentation du résultat 86 5.3.1 Ecran de sélection 86 5.3.2 Ecran de liste 86 5.4 Analyse du résultat 87 5.4.1 CODE INSPECTOR 87 5.4.2 Analyse de la durée d’exécution 87 5.4.3 Trace SQL 88 5.5 Conclusion 88 6 CHAPITRE 06 – L’instruction OUTER JOIN 89 6.1 La théorie 90 6.1.1 La syntaxe 90 6.1.2 L’impact sur la base de données 90 6.2 La démonstration 91 6.2.1 Le contexte 91 6.2.2 Les tables utilisées 91 6.2.3 La requête à exécuter 93 6.3 Présentation du résultat 95 6.3.1 Ecran de sélection 95 6.3.2 Ecran de liste 95 6.4 Analyse du résultat 96 6.4.1 CODE INSPECTOR 96 6.4.2 Analyse de la durée d’exécution 96 6.4.3 Trace SQL 97 6.5 Conclusion 98 7 CHAPITRE 07 – L’instruction VIEW 99 7.1 La théorie 100 7.1.1 La syntaxe 100 7.1.2 L’impact sur la base de données 100 7.2 La démonstration 101 7.2.1 Le contexte 101 7.2.2 Les tables utilisées 101 7.2.3 Présentation de la relation entre les tables dans la vue V_EKKOPO 102 7.2.4 La requête à exécuter 105 7.3 Présentation du résultat 107 7.3.1 Ecran de sélection 107 7.3.2 Ecran de liste 107 7.4 Analyse du résultat 108 7.4.1 CODE INSPECTOR 108 7.4.2 Analyse de la durée d’exécution 108 7.4.3 Trace SQL 109 7.5 Conclusion 110 7.5.1 Avantages 110 7.5.2 Inconvénients 110 8 CHAPITRE 08 – L’instruction APPENDING 111 8.1 La théorie 112 8.1.1 La syntaxe 112 8.1.2 L’impact sur la base de données 112 8.2 La démonstration 113 8.2.1 Le contexte 113 8.2.2 La requête à exécuter 115 8.3 Présentation du résultat 118 8.3.1 Ecran de sélection 118 8.3.2 Ecran de liste 118 8.4 Analyse du résultat 119 8.4.1 CODE INSPECTOR 119 8.4.2 Analyse de la durée d’exécution 119 8.4.3 Trace SQL 120 8.5 Conclusion 121 9 CHAPITRE 09 – L’instruction FOR ALL ENTRIES 123 9.1 La théorie 124 9.1.1 La syntaxe 124 9.1.2 L’impact sur la base de données 124 9.2 La démonstration 125 9.2.1 Le contexte 125 9.2.2 Les tables utilisées 126 9.2.3 La requête à exécuter 128 9.3 Présentation du résultat 131 9.3.1 Ecran de sélection 131 9.3.2 Ecran de liste 131 9.4 Analyse du résultat 132 9.4.1 CODE INSPECTOR 132 9.4.2 Analyse de la durée d’exécution 132 9.4.3 Trace SQL 133 9.5 Conclusion 134 10 CHAPITRE 10 – L’instruction SELECT ENDSELECT 135 10.1 La théorie 136 10.1.1 La syntaxe 136 10.1.2 L’impact sur la base de données 136 10.2 La démonstration 137 10.2.1 Le contexte 137 10.2.2 Les tables utilisées 137 10.2.3 La requête à exécuter 138 10.3 Présentation du résultat 139 10.3.1 Ecran de sélection 139 10.3.2 Ecran de liste 139 10.4 Analyse du résultat 141 10.4.1 CODE INSPECTOR 141 10.4.2 Analyse de la durée d’exécution 141 10.4.3 Trace SQL 142 10.5 Conclusion 142 10.5.1 Avantages 142 10.5.2 Inconvénients 143 11 CHAPITRE 11 – L’instruction EXISTS 145 11.1 La théorie 146 11.1.1 La syntaxe 146 11.1.2 L’impact sur la base de données 146 11.2 La démonstration 147 11.2.1 Le contexte 147 11.2.2 Les tables utilisées 147 11.2.3 La requête à exécuter 149 11.3 Présentation du résultat 151 11.3.1 Ecran de sélection 151 11.3.2 Ecran de liste 151 11.4 Analyse du résultat 152 11.4.1 CODE INSPECTOR 152 11.4.2 Analyse de la durée d’exécution 152 11.4.3 Trace SQL 152 11.5 Conclusion 153 12 CHAPITRE 12 – L’instruction PACKAGE SIZE 155 12.1 La théorie 156 12.1.1 La syntaxe 156 12.1.2 L’impact sur la base de données 156 12.2 La démonstration 157 12.2.1 Le contexte 157 12.2.2 Les tables utilisées 157 12.2.3 La requête à exécuter 158 12.3 Présentation du résultat 160 12.3.1 Ecran de sélection 160 12.3.2 Ecran de liste 160 12.4 Analyse du résultat 161 12.4.1 CODE INSPECTOR 161 12.4.2 Analyse de la durée d’exécution 161 12.4.3 Trace SQL 163 12.5 Conclusion 164 13 CHAPITRE 13 – L’instruction INTO CORRESPONDING FIELDS 165 13.1 La théorie 166 13.1.1 La syntaxe 166 13.1.2 L’impact sur la base de données 166 13.2 La démonstration 167 13.2.1 Le contexte 167 13.2.2 Les tables utilisées 168 13.2.3 Les structures utilisées 168 13.2.4 La requête à exécuter 170 13.3 Présentation du résultat 173 13.3.1 Ecran de sélection 173 13.3.2 Ecran de liste 173 13.4 Analyse du résultat 174 13.4.1 CODE INSPECTOR 174 13.4.2 Analyse de la durée d’exécution 174 13.4.3 Trace SQL 175 13.5 Conclusion 176 14 CHAPITRE 14 – L’instruction CURSOR 177 14.1 La théorie 178 14.1.1 La syntaxe 178 14.1.2 L’impact sur la base de données 178 14.2 La démonstration 179 14.2.1 Le contexte 179 14.2.2 Les tables utilisées 179 14.2.3 La requête à exécuter 180 14.3 Présentation du résultat 182 14.3.1 Ecran de sélection 182 14.3.2 Ecran de liste 182 14.4 Analyse du résultat 183 14.4.1 CODE INSPECTOR 183 14.4.2 Analyse de la durée d’exécution 183 14.4.3 Trace SQL 184 14.5 Conclusion 184 15 CHAPITRE 15 – Le natif S.Q.L. (ou ce qu’il ne faut pas faire) 185 15.1 La théorie 186 15.1.1 La syntaxe 186 15.1.2 L’impact sur la base de données 187 15.2 La démonstration d’une requête simple en natif SQL 187 15.2.1 Le contexte 187 15.2.2 Les tables utilisées 187 15.2.3 L’exemple 188 15.3 La démonstration de l’appel d’une procédure stockée en natif SQL 188 15.3.1 Le contexte 188 15.3.2 Les tables utilisées 188 15.3.3 L’exemple 189 15.4 Conclusion 192 16 CHAPITRE 16 – L’instruction INSERT 193 16.1 La théorie 194 16.1.1 La syntaxe 194 16.1.2 L’impact sur la base de données 194 16.2 La démonstration 195 16.2.1 Le contexte 195 16.2.2 Les tables utilisées 196 16.2.3 La requête à exécuter 197 16.3 Présentation du résultat par insertion par occurrence 201 16.3.1 Ecran de sélection 201 16.3.2 Ecran de liste 201 16.4 Analyse du résultat 202 16.4.1 CODE INSPECTOR 202 16.4.2 Analyse de la durée d’exécution 202 16.4.3 Trace SQL 203 16.5 Conclusion 204 17 CHAPITRE 17 – Les instructions UPDATE / MODIFY 205 17.1 La théorie 206 17.1.1 La syntaxe 206 17.1.2 L’impact sur la base de données 206 17.2 La démonstration 207 17.2.1 Le contexte 207 17.2.2 Les tables utilisées 207 17.2.3 La requête à utiliser 208 17.3 Présentation du résultat 211 17.3.1 Ecran de sélection 211 17.3.2 Ecran de résultat 211 17.4 Analyse du résultat 212 17.4.1 Code inspector 212 17.4.2 Analyse de la durée d’exécution 212 17.4.3 Trace SQL 215 17.5 Conclusion 218 18 CHAPITRE 18 – Mise à jour d’une table spécifique 219 18.1 La théorie 220 18.1.1 La syntaxe 220 18.1.2 L’impact sur la base de données 220 18.2 La démonstration 221 18.2.1 Le contexte 221 18.2.2 Les tables utilisées 221 18.2.3 La requête à utiliser 222 18.3 Présentation du résultat 226 18.3.1 Ecran de sélection 226 18.3.2 Ecran de résultat 226 18.4 Analyse du résultat 227 18.4.1 Code inspector 227 18.4.2 Analyse de la durée d’exécution 227 18.4.3 Trace SQL 229 18.5 Conclusion 230 19 CHAPITRE 19 – LES BAPI : L’intégration de données dans SAP 231 19.1 Objectifs 232 19.2 Les moyens 233 19.2.1 Règles d’utilisation d’une BAPI dans un programme 233 19.2.2 La gestion du transactionnel avec une BAPI 233 19.3 La démonstration 236 19.3.1 Le contexte 236 19.3.2 Les données utilisées 236 19.3.3 Le programme à utiliser 237 19.4 Présentation du résultat 240 19.4.1 Ecran de sélection 240 19.4.2 Ecran de résultat 240 19.5 Analyse du résultat 240 19.5.1 Code inspector 240 19.5.2 Analyse de la durée d’exécution 241 19.5.3 Trace SQL 241 19.6 Conclusion 242 19.6.1 Avantages 242 19.6.2 Inconvénients 242 20 CHAPITRE 20 – LES BAPI : Le contrôle d’intégration 243 20.1 Objectifs 244 20.2 Les moyens 244 20.3 La démonstration 245 20.3.1 Le contexte 245 20.3.2 Les données utilisées 245 20.3.3 Le programme à utiliser 246 20.4 Présentation du résultat 250 20.4.1 Ecran de sélection 250 20.4.2 Ecran de résultat 250 20.5 Analyse du résultat 251 20.5.1 Code inspector 251 20.5.2 Analyse de la durée d’exécution 251 20.5.3 Trace SQL 252 20.6 Conclusion 252 21 CHAPITRE 21 – LES BAPIS : Les traitements de masse 253 21.1 Objectifs 254 21.2 Les moyens 254 21.3 La démonstration 254 21.3.1 Le contexte 254 21.3.2 Les données utilisées 254 21.3.3 Le programme à utiliser 256 21.4 Présentation du résultat 259 21.4.1 Ecran de sélection 259 21.4.2 Ecran de résultat 259 21.5 Analyse du résultat 260 21.5.1 Code inspector 260 21.5.2 Analyse de la durée d’exécution 260 21.5.3 Trace SQL 261 21.6 Conclusion 262 22 CHAPITRE 22 – Le CRM selon SAP 263 22.1 Préambule 264 22.2 Le CRM selon SAP 266 22.2.1 Présentation fonctionnelle 266 22.2.2 Présentation technique 271 22.3 Le CRM avant la programmation objet 273 22.3.1 Présentation de l’interface utilisateur (CRM5.0 et précédemment) 273 22.3.2 Présentation base de données et programmation procédurale, présentation des données 277 22.4 Le CRM après le WEB UI 283 22.4.1 Ce qui n’a pas changé 283 22.4.2 Les modifications dans l’interface utilisateur : internet explorer 283 22.5 Conclusion 290 23 CHAPITRE 23 – Le futur du SQL : le Business Object Layer (B.O.L.) 291 23.1 Objectif 292 23.2 Les bases de la réflexion 292 23.3 La réflexion orientée objet 294 23.4 La solution SAP 295 23.4.1 L’objet de recherche 295 23.4.2 L’objet de résultat 295 23.4.3 Concept générique correspondant à la programmation objet 295 23.4.4 Un nouveau modèle de données 297 23.5 La transaction GENIL_MODEL_BROWSER 297 23.6 La nouveauté avec le CRM EHP1 305 23.7 Conclusion (Avantages / inconvénients) 306 23.7.1 Avantages 306 23.7.2 Inconvénients 306 24 CHAPITRE 24 – La transaction GENIL_BOL_BROWSER 307 24.1 Objectif 308 24.2 Présentation de la transaction GENIL_BOL_BROWSER 308 24.2.1 1ère démonstration : Une requête générale 309 24.2.2 2ème démonstration : Une requête spécialisée 314 24.3 Conclusion 320 25 CHAPITRE 25 – Application du BOL dans le WEB UI 321 25.1 Le concept 322 25.2 La démonstration dans une application existante 322 25.2.1 Présentation de la vue BT108S_LEA/Result 326 25.2.2 Présentation de la gestion du nœud de contexte 326 25.3 L’utilisation dans la programmation des composants WEB UI 327 25.3.1 Le tableau des complexités dans le WEB UI. 327 25.3.2 Les exemples pratiques 328 25.4 Conclusion 332 26 CHAPITRE 26 – Application du BOL dans la SE80 333 26.1 Le concept 334 26.2 La démonstration par le module fonction 334 26.2.1 La première contrainte: 336 26.2.2 Deuxième contrainte: l’appel du module fonction 336 26.2.3 Troisième contrainte: la gestion des relations 337 26.3 La démonstration par les objets du BOL 338 26.4 Le débogage de la programmation par les objets du BOL 343 26.5 Le petit plus 351 26.6 Conclusion 352 27 ANNEXE A – La transaction ST05 353 27.1 Objectif 353 27.2 Le cas d’étude 353 27.3 La démonstration 353 27.4 Conclusion 362 28 ANNEXE B – La touche F1 363 28.1 Objectif 363 28.2 Le cas d’étude 363 28.3 La démonstration 363 28.4 Conclusion 365 29 ANNEXE C – Le code inspector et la transaction SE30 367 29.1 Objectif 367 29.2 Le cas d’étude 367 29.3 La démonstration 367 29.3.1 Le code inspector 367 29.3.2 La transaction SE30 370 29.4 Conclusion 372 30 ANNEXE D – Les exemples fournis par SAP 373 30.1 Objectif 373 30.2 Le cas d’étude 373 30.3 La démonstration 373 30.4 Conclusion 375 31 ANNEXE E – Les tables internes 377 31.1 Objectif 377 31.2 La théorie 377 31.3 La démonstration 378 31.3.1 Les tables standards 378 31.3.2 Les tables sorted 379 31.3.3 Les tables ashed 380 31.3.4 La gestion d’objets dans des tables internes 381 31.3.5 Les structures 382 31.3.6 Les types de tables 383 31.3.7 Les boucles (into et assigning) 385 31.3.8 La lecture unitaire 386 31.4 Conclusion 387 32 ANNEXE F – La BAPI 389 32.1 Objectif 389 32.2 Le cas d’étude 389 32.3 La démonstration 389 32.4 Conclusion 395 33 ANNEXE G – petit examen 397 33.1 Objectif 397 33.2 Description technique 397 33.3 Instructions 398 33.3.1 Ecran de sélection souhaité 398 33.3.2 Liste de résultat 398 33.3.3 Exemple de présentation 399 33.3.4 Interactivité (optionnel) 399 33.4 Conclusion 399 34 Liste des transactions utilisées 401 35 Glossaire 403

Members Online